Samedi 21 Janvier 2012

<-- ^ -->

Alpage du Charman Som

      Dénivelé : 600m      Bon Skieur


Eric Sibert


Carte IGN
Carte Google
Début de la montée Chamechaude La Pinéa Sur la route de l'alpage

Comme il n'y a pas de volontaires pour Crève-Tête, je me rabats sur un objectif local, à savoir aller se faire une montée sous le télésiège des Cottaves au Charman Som. Sur la route, arrivé au niveau du Col de Vence, il y a des trouées qui se dessinent au-dessus de la vallée. Globalement, il y a de la neige. Je me gare dans le virage au pont des Cottaves. Il y a déjà une voiture. Il ne fait pas vraiment froid. J'attaque à 8h30. La trace de mon prédécesseur part dans les bois alors que j'attaque tout droit le long du torrent comme d'habitude. La neige fait ployer les branches en travers du chemin. Rapidement, je retrouve la trace du prédécesseur et ça rend le travail plus facile. Quand je rejoints la route venant du Col de Porte, il y a une autre trace qui vient fusionner. Mais je les laisse monter sur l'ancienne piste et je m'engage sur la route afin de réaliser une boucle. Ça maintient en forme de faire la trace dans la profonde. Je ne trouve pas le départ du sentier qui coupe les lacets. Après une période dans le brouillard, le ciel commence à bien se dégager. C'est une journée à photo avec les paquets de neige fraîche et les nuages restants. Quand j'arrive sur la crête, un petit vent du Nord me cueille. Il y a deux autres personnes qui arrivent par la crête et qui continuent vers le Charman Som. Comme il est bien visible, la tentation d'y aller est importante mais la pente au-dessus de la bergerie ne m'inspire pas. Et c'est en suivant les autres qu'on se fait embarquer par les avalanches. Alors je décide de rester sur mon objectif initial. Après quelques photos à l'Oratoire d'Orgeval, je pars dans l'autre sens sur la crête dans la traces des deux gars. Sur un petit sommet, je fais une pause casse-croûte en enlevant les peaux. Ça commence à s'animer. De passage au sommet du télésiège, il y la foule. Je m'engage sans attendre sur la piste avant qu'elle ne soit complètement damée. La poudreuse n'est pas très légère, virant à lourde sur le bas. Sur un replat, je fais un entraînement ARVA. J'ai vraiment un problème avec mon récepteur quand je veux passer du premier au second ARVA enseveli. Au bout d'un moment, j'abandonne. Il va falloir lire la notice... Je remets les skis et je termine jusqu'à la voiture. Il est midi et il commence à pleuvoter.

-