Dimanche 12 Février 2012

<-- ^ -->

Tour du Petit Som

      Dénivelé : 1400m      Bon Skieur


Eric Sibert


Carte IGN
Carte Google
Devant le monastère Toujours pas de soleil Le soleil à Bovinant Descente sous le sommet

Au départ du campus, le ciel est bouché comme depuis plusieurs jours sur la cuvette. En montant en Chartreuse, ça se dégrade avec des flocons de neige qui blanchissent la route. Nous allons nous garer au Pont des Allemands où nous ne sommes pas les premiers. Nous partons à 9h15, toujours sous la neige. Après le passage devant le monastère, quelques trouées laissent deviner du ciel bleu en altitude. Nous continuons sans faiblir, le froid ne nous incitant pas à nous arrêter. Après une légère hésitation et en sortant les couteaux, nous débouchons au Habert de Bovinant, en plein soleil, au-dessus de la mer de nuage. La bise aussi est au-rendez-vous. Nous enchaînons la petite crête au-dessus puis le Col de Léchaud pour arriver au sommet du Petit Som à midi et quart. Compte tenu des températures glaciales, c'est d'un commun accord que nous décidons de manger plus tard. Nous enlevons les peaux et attaquons la descente sur la Ruchère. Ce n'est pas du grand ski avec une sous-couche croûtée. Nous repassons à l'intérieur du brouillard. Au parking, nous remettons les peaux. La couche de neige fraîche est plus importante.  Nous prenons le chemin du col de la Ruchère que nous atteignons rapidement. Malgré l'heure tardive (14h15), le petit vent frais et le brouillard ne nous incitent pas non plus à manger là. Aussi après nouveau retrait des peaux, nous repartons. Malheureusement, après la traversée à flanc du champ, il y a une légère remontée. Nous déchaussons pour faire les 50 mètres à pied. Puis par une descente tranquille à travers les champs de poudre, nous arrivons au Habert de Billon. Un tronc d'arbre couché nous tend les bras pour le piquenique. Les températures restent polaires et nous attrapons tous rapidement l'onglée. Alors nous plions bagage sans traîner. Nous descendons sur la route forestière. Le tunnel au-dessus du monastère est l'occasion d'un dernier déchaussage. Enfin, nous terminons ski aux pieds jusqu'au parking à trois heure et demi. Les jeunes sont trop pressés et redescendent directement sur Grenoble alors que nous faisons une pause vin chaud au Sappey.

Globalement, c'était une bonne sortie malgré le froid mais grâce au temps splendide au sommet, ce que ne laissait pas augurer la météo de la vallée.

-